• Accueil
  • > Nouvelle intercommunalité

Archive pour 'Nouvelle intercommunalité'

MELLOIS EN POITOU : Bertrand Devineau n’est plus président

 

C’est par ces quelques mots que dans son édition du 5 janvier 2018, La Nouvelle République nous informait de la volonté de Bertrand Devineau de se démettre de son mandat de président de l’intercommunalité du Mellois en Poitou.
Nous avons jugé opportun de compléter les informations transmises par les médias, en vous adressant la copie de l’intégralité du courrier officiel de Bertrand Devineau annonçant sa décision à l’ensemble des membres de son bureau communautaire.
Bonne lecture, et n’hésitez pas à nous faire part de vos éventuelles remarques.

………………………………………………………………………………………………………..

Madame, Messieurs chers collègues et salariés.

Je vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Ce changement d’année est pour chacun de nous l’occasion de s’interroger pour savoir ce qu’il souhaite faire personnellement, mais également comment envisageons-nous notre engagement d’élu.

Parfois nous sommes tenus de faire des choix ; il convient de les assumer pour mieux repartir, mieux rebondir et ainsi nous ouvrir à d’autres horizons.

Ces derniers mois le changement était au rendez-vous de notre construction communautaire et l’évolution de nos compétences obligatoires et optionnelles a accompagné notre quotidien à travers nos délibérations successives.

Il nous a fallu évaluer et vous proposer les meilleurs équilibres pour respecter les décisions antérieures des uns et des autres, tout en assurant la continuité des services et permettre de travailler en projection.

Nous avons su faire les choix courageux et indispensables à l’évolution de notre communauté de communes Mellois en Poitou pour les années à venir.

A présent, il convient d’assurer la gestion administrative, technique et financière de nos compétences dès lors qu’elles ont été démocratiquement adoptées et en adéquation avec les dispositions de la loi NOTRe.

Le volet administratif est à regarder avec pragmatisme et décemment nous ne pouvons pas considérer le potentiel humain comme variable d’ajustement propre à permettre un retour à l’équilibre budgétaire.

Le résultat d’exercice budgétaire, qu’il nous faut assumer, est issu des choix antérieurs des uns et des autres portés par nos collectivités d’origines.

Il sera indispensable, comme j’ai pu le préciser il y a plusieurs mois, d’avoir le recul sur deux exercices budgétaires pour optimiser la lecture et l’analyse financière de notre communauté et ainsi nous prévaloir de la mise en place d’un pacte fiscal cohérent.

A ce titre, j ‘ai sollicité I ‘expertise de la chambre régionale des comptes pour nous apporter son analyse et nous formuler les recommandations qu’il conviendra de mettre en œuvre.

Pour autant au regard de notre strate de population et des compétences portées chacun doit reconnaître que.

> Nous souffrons d’une organisation administrative et technique de nos services sous-dimensionnée pour mener à bien ses missions.

> Et que nous restituons à nos communes membres un volume d’attributions de compensation bien trop conséquent.

Il convient, pour conduire notre collectivité de partager des valeurs communes d’empathie et de respect envers les femmes et les hommes de notre administration communautaire et de nos structures sociales.

J’ai eu l’honneur de présider la communauté de communes et le CIAS avec à mes côtés des directeurs de grande qualité, particulièrement investis dans leur mission et à leurs côtés des directeurs, des chefs de services et des agents consciencieux et rigoureux.

Je remercie sincèrement David et Jérôme pour les plus proches et je n’oublie pas d’y associer l’ensemble des directeurs, des techniciens et des agents dont l’exemplarité, la rigueur et la probité sont remarquables, leur professionnalisme mérite tout notre respect et toute notre admiration.

Ce sont des femmes et des hommes courageux et engagés pour notre Mellois, ils portent ses racines et son Histoire. Ils sont le ciment de la réussite de notre construction communautaire.

Depuis 23 ans au service de nos concitoyens, j’ai eu la chance immense, de côtoyer des élus de la République très investis, des femmes et des hommes droits et vertueux, respectueux de la fonction de Président et de nos engagements respectifs.

Cependant, après une année de Présidence du Mellois en Poitou, les conditions requises pour un exercice serein et apaisé de la Présidence ne sont malheureusement plus au rendez-vous ; en effet pour poursuivre notre action il nous faut être assuré d’une volonté commune de partager un même objectif et d’une solidarité sans équivoque.

Nos dernières réunions vous ont démontré qu’il n’en était rien.

L’année 2017 restera donc, pour notre assemblée, une année de consolidation et aussi de transition.

Je vous informe de ma décision de me libérer de mon engagement communautaire après en avoir fait part officiellement auprès des services de la Préfecture et confirmée par madame le Préfet.

Cette décision s’imposait ; depuis quelques mois, je faisais face à certaines attitudes discourtoises, apparentées, à mes yeux, à du harcèlement de la part de certains élus, mon quotidien était devenu intolérable.

C’est aussi la résultante, de mon investissement sans réserve pour notre territoire depuis quatre ans, avec pour conséquence une fatigue générale, physique et psychologique, très prononcée.

Il y avait nécessité à ce que je prenne cette disposition pour me préserver, je vous sais capable de le comprendre et vous en remercie.

Chers collègues et salariés soyez assurés de ma plus haute considération pour votre engagement et du profond respect que j’ai pour votre fonction.

Soyez fiers du travail que vous avez pu accomplir à mes côtés, dans les commissions et dans nos assemblées pour construire ensemble notre territoire.

Soyez convaincu que toutes nos décisions étaient justes et nécessaires.

Merci à tous ceux qui ont bien voulu m’accorder leur confiance.

Meilleurs VŒUX à toutes et à tous.

        Bertrand DEVINEAU.

Nom de la communauté de communes: Mellois en Poitou

 C’est maintenant certain, le nom choisi pour notre ECPI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) est:  « Communauté de communes Mellois en Poitou ». 

Sans attendre la fin du délai dans lequel les communes devaient se prononcer (27 novembre 2017), la majorité qualifiée nécessaire est atteinte, quel que soit le mode de calcul. Au 6 novembre, 67 communes sur 78 ont délibéré.  54 communes, représentant 37 893 habitants sur 49 822, ont émis un avis favorable.  Avant d’être comptabilisées par les services intercommunaux, les délibérations ont été vérifiées par la préfecture. Le Préfet va ainsi pouvoir prendre l’arrêté officialisant notre dénomination.

Quel nom souhaitez-vous pour la nouvelle grande intercommunalité?

 

Le nom n’est pas encore choisi et va être voté prochainement par les nouveaux conseillers communautaires. Ont été retenus pour le moment :

-Mellois en Poitou

-Poitou Mellois

-Sud Deux-Sèvres

Les sondages réalisés auprès des différents conseils municipaux de la nouvelle intercommunalité indiquent que les voix se répartissent de façon assez égale sur ces trois propositions. Et vous, qu’en pensez-vous ? D’autres suggestions ? L’idée est de proposer un nom qui convienne à la majorité des habitants du territoire et qui permette aussi à cette nouvelle intercommunalité d’avoir une visibilité régionale et nationale.

À vos claviers !

Avis de Christian PICARD, conseiller municipal à Celles-sur-Belle, conseiller communautaire élu vice -président en charge de la Santé, des conventions et partenariats avec les associations :

« En ce qui me concerne, je souhaiterais que la réflexion soit menée avec l’ensemble des habitants désireux de s’associer à l’organisation, au quotidien et à l’avenir de ce nouveau territoire. Le choix du nom doit se faire autour de sa lisibilité à l’échelle régionale, nationale et internationale. Il doit tenir compte de l’histoire de ce territoire tout en regardant vers l’avenir, mais en évacuant les vieilles querelles du passé.

Le Poitou, ancienne province française, comprenait la Vendée (Bas-Poitou), les Deux-Sèvres, la Vienne (Haut-Poitou), ainsi que le nord de la Charente et une partie de l’ouest de la Haute-Vienne. Il représente aujourd’hui une entité géographique ayant une forte identité culturelle et linguistique. La Vendée, avec ses 250 kilomètres de littoral et son histoire tourmentée a développé une identité forte et n’est plus assimilée au Poitou. II reste à préciser que le choix de « Poitou » s’avérerait judicieux dans le cas d’éventuels rapprochements avec le Civraisien et le Ruffecois. Météo France, dans sa  présentation des conditions météorologiques du pays, mentionne tous les jours dans ses communiqués le Poitou-Charentes.

Melle, située au centre de notre nouvelle intercommunalité et site historique du haut Moyen Âge, avait pouvoir de frapper légalement monnaie ( seul site de la grande Aquitaine ). C’est une ancienne sous- préfecture, un chef-lieu de district de 1790 à 1795, puis chef-lieu d’arrondissement de 1800 à 1926 comprenant les cantons de Brioux-sur-Boutonne, Celles-sur-Belle, Chef-Boutonne, Chenay (Lezay),  Melle,  la Mothe Saint- Héray et Sauzé-Vaussais .

Cette approche m’amène à me prononcer  en faveur de l’appellation :

-Mellois en Poitou

Sur l’ordre proposé  Poitou-Mellois ou Mellois en Poitou, il me semble plus logique d’utiliser Mellois en Poitou. Mellois faisant référence à une ville et Poitou à une province, cet ordre  me paraît cohérent. Concernant l’appellation Sud Deux-Sèvres: mon expérience professionnelle m’a confirmé la difficulté pour de nombreux Français à pouvoir localiser le département 79 (Deux Sèvres) sur le territoire, l’assimilant parfois à la région parisienne car proche du 75, 77, 78. Dans mon entreprise dont le siège se trouvait à Niort, il  m’arrivait régulièrement d’avoir à préciser que Niort  se situait entre Poitiers et la Rochelle. Malgré la forte réticence des élus en place, je pense que les départements  sont appelés à disparaître au profit des grandes intercommunalités regroupées autour des villes (bassins d’emploi).  Pour les Deux- Sèvres, cela entraînerait le sud du département à s’organiser autour de Niort et le nord du département autour d’Angers et/ou Cholet.

Voici en quelques mots les différents critères ayant motivé mon choix de Mellois en Poitou.

N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et remarques sur le sujet, nous sommes tous concernés. Gardons pour objectif de rassembler et de développer une identité qui fera de notre nouvelle intercommunalité un territoire rural écouté et respecté. »

Avis de Myriam Multon, conseillère municipale à Celles-sur-Belle :

« Si les Deux-Sèvres sont difficiles à localiser pour un grand nombre de Français, le Mellois l’est bien plus encore, tandis que le terme Poitou évoque Poitiers (de même qu’ Anjou évoque Angers). Le nom de Sud Deux-Sèvres me paraît le plus approprié car il a un double avantage. D’une part, il est plus lisible à l’échelle nationale : même si nous avons tous du mal à situer certains départements, cette division administrative reste très présente dans l’esprit des Français ; plusieurs générations en ont appris la liste par coeur. Pour mémoire : le tollé soulevé en 2008 parmi certains usagers et élus locaux après la réforme concernant les plaques minéralogiques et la «disparition » du numéro de département. D’autre part, il est plus consensuel à l’échelle locale, car tout le monde peut s’y retrouver, au moins sur le plan géographique .»

 

  • juin 2021
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  

Clubretraitesrencontres8618... |
Village de la Solidarité In... |
La C.A.T.A.STROPHE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEAUCLAIR
| Theatre amateur 22
| M2dpcpamu