Archive pour avril, 2017

Linky : les compteurs sous tension

Ce qu’il faut savoir :
Le compteur Linky, dit compteur communicant, est un compteur « évolué » capable de mesurer précisément la consommation électrique en temps réel et de transmettre automatiquement les données aux opérateurs d’énergie toutes les 1O à 3O minutes. Selon ERDF, ce système présente trois avantages pour le consommateur :
• Mieux évaluer et ainsi maîtriser sa consommation. Les économies d’énergie réalisées grâce à Linky sont de l’ordre de 1O à 15 %. Des abonnements spécifiques peuvent être proposés pour coller au mieux aux habitudes des consommateurs.
• Les factures ne sont plus établies sur des estimations mais sur la consommation réelle.
• Plus besoin de technicien pour venir relever le compteur.

Néanmoins, cela pose plusieurs questions : quel impact sur l’emploi de ces techniciens ? En plus de possibles problèmes de santé liés aux ondes qui restent à démontrer, il est établi que ces compteurs prétendus « intelligents » recueillent d’innombrables données sur nos habitudes, données utilisables à des fins commerciales remettant ainsi en cause notre vie privée. L’économie réalisée grâce à ces compteurs nouvelle génération reste à être prouvée dans le temps. Les ajustements de consommation ne durent qu’un certain temps, les habitudes reprenant vite le pas. D’un point de vue écologique, il est inacceptable de remplacer des compteurs qui sont en état de fonctionner encore plusieurs dizaines d’années par des compteurs nouvelle génération de courte durée d’utilisation et qui vont coûter très chers, même si les anciens sont recyclés (pour qui ?). Si les compteurs de type Linky sont déployés au niveau international depuis plusieurs années, certains pays ont refusé ou réadapté l’utilisation de ces compteurs suite à divers incidents ou réajustements d’ordre économique : l’Allemagne, le Portugal, la Belgique le Canada, les États Unis (Californie)…La mise en place des compteurs Linky a commencé dans notre commune, une élue ayant dit lors du conseil municipal du 23 mars en avoir un récemment installé chez elle. Nous avons demandé à M le Maire son positionnement sur ce sujet. Il nous a déclaré qu’il fallait qu’on « respecte la volonté des gens », mais qu’il n’avait pas d’informations concernant le déploiement à Celles-sur-Belle.

Parallèlement à des associations, de nombreuses communes se sont opposées frontalement. Les délibérations prises contre les compteurs communicants ont généralement été annulées par les tribunaux administratifs. Certains jugements sont en cours et devraient intervenir d’ici la fin de l’année. Il conviendra donc d’en suivre l’actualité.

 

 

Histoire d’eau: quand l’opposition fait monter la pression

Durant l’été 2016, nous avons été alertés par certains habitants de la Poujarderie concernant un problème d’alimentation en eau du réseau. Nous sommes allés à leur rencontre pour constater qu’ils étaient effectivement confrontés à un manque de pression engendrant de nombreux désagréments. Forts de ce constat, nous nous sommes adressés au SERTAD pour évoquer cette situation avec le vice-président en charge de la production. Après nous avoir écoutés, il nous a assuré de la prise en compte de notre requête et certifié qu’il nous tiendrait informés sur la suite donnée à ce dossier. Parole tenue car quelques temps après, il nous confirmait que le problème était manifeste et qu’il allait programmer les travaux nécessaires. Ces travaux sont réalisés et nous invitons les personnes concernées à nous faire part de leurs éventuelles observations.

Interventions et votes des élus de l’opposition le 13 avril 2017

Lors du conseil municipal, nous avons voté contre le projet de budget 2017, section de fonctionnement et section d’investissement. La raison est simple: aucune commission finances n’a été créée après les élections de 2014, ce qui est une exception celloise regrettable. Les décisions concernant le budget se prennent donc dans le club très fermé du maire et de ses adjoints: le bureau municipal. Par ailleurs, nous avons notamment demandé des précisions concernant les pièces de moto de la donation Pierre Certain et sur la gestion des cimetières. Un vote à bulletin secret pour le choix du nom de la nouvelle grande intercommunalité a eu lieu. Nous vous invitons à lire notre article sur ce sujet et à donner votre avis.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou questions.

Quel nom souhaitez-vous pour la nouvelle grande intercommunalité?

 

Le nom n’est pas encore choisi et va être voté prochainement par les nouveaux conseillers communautaires. Ont été retenus pour le moment :

-Mellois en Poitou

-Poitou Mellois

-Sud Deux-Sèvres

Les sondages réalisés auprès des différents conseils municipaux de la nouvelle intercommunalité indiquent que les voix se répartissent de façon assez égale sur ces trois propositions. Et vous, qu’en pensez-vous ? D’autres suggestions ? L’idée est de proposer un nom qui convienne à la majorité des habitants du territoire et qui permette aussi à cette nouvelle intercommunalité d’avoir une visibilité régionale et nationale.

À vos claviers !

Avis de Christian PICARD, conseiller municipal à Celles-sur-Belle, conseiller communautaire élu vice -président en charge de la Santé, des conventions et partenariats avec les associations :

« En ce qui me concerne, je souhaiterais que la réflexion soit menée avec l’ensemble des habitants désireux de s’associer à l’organisation, au quotidien et à l’avenir de ce nouveau territoire. Le choix du nom doit se faire autour de sa lisibilité à l’échelle régionale, nationale et internationale. Il doit tenir compte de l’histoire de ce territoire tout en regardant vers l’avenir, mais en évacuant les vieilles querelles du passé.

Le Poitou, ancienne province française, comprenait la Vendée (Bas-Poitou), les Deux-Sèvres, la Vienne (Haut-Poitou), ainsi que le nord de la Charente et une partie de l’ouest de la Haute-Vienne. Il représente aujourd’hui une entité géographique ayant une forte identité culturelle et linguistique. La Vendée, avec ses 250 kilomètres de littoral et son histoire tourmentée a développé une identité forte et n’est plus assimilée au Poitou. II reste à préciser que le choix de « Poitou » s’avérerait judicieux dans le cas d’éventuels rapprochements avec le Civraisien et le Ruffecois. Météo France, dans sa  présentation des conditions météorologiques du pays, mentionne tous les jours dans ses communiqués le Poitou-Charentes.

Melle, située au centre de notre nouvelle intercommunalité et site historique du haut Moyen Âge, avait pouvoir de frapper légalement monnaie ( seul site de la grande Aquitaine ). C’est une ancienne sous- préfecture, un chef-lieu de district de 1790 à 1795, puis chef-lieu d’arrondissement de 1800 à 1926 comprenant les cantons de Brioux-sur-Boutonne, Celles-sur-Belle, Chef-Boutonne, Chenay (Lezay),  Melle,  la Mothe Saint- Héray et Sauzé-Vaussais .

Cette approche m’amène à me prononcer  en faveur de l’appellation :

-Mellois en Poitou

Sur l’ordre proposé  Poitou-Mellois ou Mellois en Poitou, il me semble plus logique d’utiliser Mellois en Poitou. Mellois faisant référence à une ville et Poitou à une province, cet ordre  me paraît cohérent. Concernant l’appellation Sud Deux-Sèvres: mon expérience professionnelle m’a confirmé la difficulté pour de nombreux Français à pouvoir localiser le département 79 (Deux Sèvres) sur le territoire, l’assimilant parfois à la région parisienne car proche du 75, 77, 78. Dans mon entreprise dont le siège se trouvait à Niort, il  m’arrivait régulièrement d’avoir à préciser que Niort  se situait entre Poitiers et la Rochelle. Malgré la forte réticence des élus en place, je pense que les départements  sont appelés à disparaître au profit des grandes intercommunalités regroupées autour des villes (bassins d’emploi).  Pour les Deux- Sèvres, cela entraînerait le sud du département à s’organiser autour de Niort et le nord du département autour d’Angers et/ou Cholet.

Voici en quelques mots les différents critères ayant motivé mon choix de Mellois en Poitou.

N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et remarques sur le sujet, nous sommes tous concernés. Gardons pour objectif de rassembler et de développer une identité qui fera de notre nouvelle intercommunalité un territoire rural écouté et respecté. »

Avis de Myriam Multon, conseillère municipale à Celles-sur-Belle :

« Si les Deux-Sèvres sont difficiles à localiser pour un grand nombre de Français, le Mellois l’est bien plus encore, tandis que le terme Poitou évoque Poitiers (de même qu’ Anjou évoque Angers). Le nom de Sud Deux-Sèvres me paraît le plus approprié car il a un double avantage. D’une part, il est plus lisible à l’échelle nationale : même si nous avons tous du mal à situer certains départements, cette division administrative reste très présente dans l’esprit des Français ; plusieurs générations en ont appris la liste par coeur. Pour mémoire : le tollé soulevé en 2008 parmi certains usagers et élus locaux après la réforme concernant les plaques minéralogiques et la «disparition » du numéro de département. D’autre part, il est plus consensuel à l’échelle locale, car tout le monde peut s’y retrouver, au moins sur le plan géographique .»

 

12

Clubretraitesrencontres8618... |
Village de la Solidarité In... |
La C.A.T.A.STROPHE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEAUCLAIR
| Theatre amateur 22
| M2dpcpamu